Fruits Confits, Confiseries, Chocolats, Thés, Dragées en Provence

Expédition sous 24H Livraison offerte dès 55 € 40 ans d experience

Le Thé et ses Vertus

Le Thé Blanc

thé pai mu tan


Origines et fabrication


Anciennement réservé aux Empereurs de Chine, le thé blanc est réputé pour sa délicatesse et la couleur blanche-argentée de ses feuilles. Étant donné qu’il nécessite des manipulations très soignées, le thé blanc figure comme un thé rare et prestigieux.
Le thé blanc est obtenu à partir d’une technique de séchage particulière des feuilles du théier, arbre à feuilles persistantes originaires d’Extrême-Orient et plus précisément de la province de Fujian. Riche en antioxydants, la « Camellia Sinensis » ou camélia chinois est séché au soleil. Sa composition est faite de bourgeons et de très jeunes feuilles à peine clos, munis encore de minuscules poils blancs d’où sa couleur. C’est grâce à cette technique traditionnelle chinoise qu’une grande partie des principes actifs contenus dans les feuilles sont préservés.


Ses particularités


De par son procédé de transformation très faible, ce thé est légèrement oxydé en comparaison des thés verts et noirs. Cependant, c’est un thé plutôt rare au caractère subtil et délicat. En effet, ce dernier étant récolté qu’une fois par an au printemps, à la main et uniquement en sélectionnant les jeunes pousses et les bourgeons non éclos en font un produit d’exception onéreux.
Le thé blanc compte majoritairement quatre variétés :


• Bai Hao Yinzhen : thé blanc uniquement composé de bourgeons, en forme d’aiguilles ;
• Bai Mu Dan ou Pai Mu Tan : thé blanc composé de bourgeons et des deux premières feuilles ;
• Shou Mei : thé blanc à grandes feuilles ;
• Yin Zhen : thé blanc parfois parfumé au jasmin.


Si le thé est majoritairement produit en Chine, il en existe provenant du Sri Lanka, de l’Inde et du Népal.


Les bienfaits du thé blanc


En plus d’être un thé plus minimal, plus pur de par ses faibles manipulations, il est faible en théine et est le plus souvent bu l’après-midi ou le soir. Mais quels sont les effets du thé des empereurs sur notre corps ?


Le thé blanc peut être considéré comme la Rolls Royce des thés de par les bienfaits sur notre corps.
Sa pureté en fait un antioxydant naturel très puissant. Il contient trois fois plus de polyphénols, qui a pour propriété d’augmenter les défenses immunitaires et de neutraliser l’activité des radicaux libres, responsables du vieillissement et de la dégradation des cellules. On peut donc dire qu’il s’agit d’un véritable élixir de jeunesse. D’ailleurs, il est très utilisé dans la médecine chinoise pour lutter contre la fièvre, les maux de dents ou encore la rougeole.


Les catéchines (groupe d’antioxydants) présent dans le thé blanc sont connus pour réduire le taux de cholestérol. C’est donc une boisson qui améliore la santé cardiaque et le système circulatoire.


Comment boire son thé blanc ?


Comme les autres thés, il faut privilégier le thé blanc en vrac afin de ne pas consommer des “restes” de thé, souvent présent dans les sachets et éviter tout sucre. Son goût frais et légèrement sucré naturellement stimule et apaise en apportant une sensation de bien-être.


L’eau utilisée doit être pure comme par exemple l’eau de source. Sa température ne doit pas excéder 65 à 70°C avant d’ajouter le thé pour ne pas perdre les principes actifs de ses feuilles. Ne pas ajouter de lait pour éviter de diminuer l’absorption des catéchines.


Temps d’infusion : 5 à 10 mn ;
Quantité : 3 Gr pour 15 Cl.


Le Thé Vert

thé vert



Origines et fabrication


Le thé vert est une variété de thé fabriquée à partir des feuilles du théier. Il se distingue du thé blanc et noir de par son côté non-oxydé car son oxydation naturelle est stoppée rapidement après la cueillette. C’est le thé le plus consommé dans les pays asiatiques.
Il existe deux méthodes de fabrication du thé vert avec le principe de fixation ou de cuisson des feuilles juste après la récolte à la main des jeunes pousses (très claires) au petit matin.


La méthode chinoise se décline en cinq étapes :


• Le flétrissage : l’étalement des feuilles sur des plateaux de bambou pour être séchées à l’air libre pour réduire leur taux d’humidité.
• La fixation : les feuilles sont mises dans des bassines de cuivre et séchées à des températures variables selon le type de thé fabriqué.
• Le roulage : les feuilles sont roulées et broyées afin de libérer leurs principes actifs.
• Le séchage qui assure la conservation du thé.


La méthode japonaise repose sur une cuisson à la vapeur afin d’empêcher l’oxydation et le brunissement des feuilles. Ce procédé permet d’assouplir les feuilles afin de mieux les manipuler. Ensuite, les feuilles sont malaxées ou roulées puis, séchées pour obtenir un thé clair ou foncé.

Ses particularités


Le thé vert est très riche en antioxydants grâce à son procédé de fabrication rapide. Cependant, une légère différence demeure entre les deux méthodes de fabrication. Selon les scientifiques, l’arrêt de l’oxydation par la vapeur permet de mieux préserver les principes actifs du théier que le séchage au feu ou en torréfaction.
Le thé vert comporte majoritairement dix variétés :


• Le Bancha : teneur faible en théine.
• Le Chun Mee : léger et frais, très digeste.
• Le Dargeeling : goût subtilement fleuri, idéal pour les novices.
• Le Genmaicha : mélange de thé vert, de riz et de maïs soufflé, liqueur brune au goût légèrement salé et doux.
• Le Gunpowder : thé chinois servant de base à la cérémonie du thé à la menthe d’Afrique du nord.
• Le Gyokuro : le plus raffiné et le plus cher des thés japonais, de couleur vert foncé et riche en théine.
• Le Lu Shan Yun Wu : de couleur vert émeraude et faible en théine, il est très désaltérant et peu amer.
• Le Lung Ching : utilisant de longues feuilles, il possède un arôme léger, fleuri et un brun terreux. Il peut être longuement infusé sans devenir amer.
• Le Matcha : goût âpre à forte teneur en théine, ce thé, réduit en poudre, est utilisé lors de la cérémonie du thé au Japon.
• Le Sencha : de couleur vert-jaunâtre, fortement consommé au Japon, possède un arôme léger et fleuri.


Les bienfaits du thé vert


Tout comme le thé blanc, on confère également au thé vert des propriétés bienfaisantes contre les maladies cardiovasculaires mais aussi contre le stress, les maladies neurodégénératives grâce à la grande concentration de catéchines.


Comment boire son thé vert ?


Privilégier le thé en vrac et l’utilisation de l’eau de source. Utiliser un grand récipient pour infuser les feuilles, de préférence en porcelaine ou en fonte. L’eau ne doit pas être trop chaude pour éviter de brûler les feuilles, ce qui rendrait le thé amer, soit entre 70 et 80°C.


Temps d’infusion : 3 à 5 mn pour un thé chinois et pas plus de 2 mn pour un thé japonais.
Quantité : 2,5 à 4 Gr pour 15 Cl.


Le Thé Noir

the noir

Origines et fabrication


Le thé noir est une variété de thé originaire des régions montagneuses de Chine et d’Inde. C’est le thé le plus consommé dans les pays occidentaux. Le thé noir ou anglo-indien est un thé complètement oxydé. On note d’ailleurs deux procédés de fabrication : la méthode dite « orthodoxe » et le CTC mis au point par les britanniques au XIXème siècle.


• Le procédé orthodoxe repose sur le triage des feuilles de théier fraîches. Les feuilles récoltées sont ensuite flétries pour retirer leur humidité. Ensuite, ces dernières sont roulées pour briser les cellules et libérer les principes actifs. Puis, les feuilles sont disposées dans une pièce chaude et humide durant plusieurs heures. Pour finir, elles subissent la dessiccation, afin de stopper la fermentation à une température de 90°C. Enfin, les feuilles sont passées au tamis et conditionnées.


• Le procédé CTC (Cruch Tear Curl) comprend trois étapes soit le broyage, le déchiquetage et le bouclage. Le broyage consiste à couper les feuilles légèrement flétries. Puis, les feuilles sont déchiquetées au moyen de cylindres, munis de lames métalliques. Enfin, ces dernières sont roulées ou bouclées dans un ghoogi (tonneau tournant sur lui-même).

Ses particularités


En comparaison des autres thés, le thé noir est le seul à subir différentes étapes de transformation avant son conditionnement, et c’est également le seul qui soit complètement oxydé. Sa fabrication a la caractéristique de rendre sa conservation plus pérenne sans perdre sa qualité et sa fraîcheur. En effet, il peut se conserver plusieurs années sans perdre sa saveur, d’où son succès de commercialisation. Notons également que le thé noir est le plus riche en théine, donc le plus puissant et le plus vivifiant. Par exemple, le thé vert détient 30mg de théine pour une tasse de 250ml et le thé noir 50mg.


On remarque différentes variétés de thé noir, se distinguant de par leurs techniques de fabrication ou de parfum :


• Le Lapsang Souchong : thé noir fumé chinois.
• Le Keemun : un des plus connus de chine, très doux, à l’infusion claire et légère.
• Le Yunnan Dian Hong : thé rare, composé de très jeunes feuilles et bourgeons, de liqueur rouge, avec un panaché de parfum florale, boisé, chocolaté, miellé et fruité. C’est le thé préféré de la Reine Élisabeth d’Angleterre.
• Le Ceylan : thé Sri Lankais, corsé, à la liqueur sombre et un arôme en bouche assez rond, riche en tanin.
• Le Darjeeling : infusion légère, un brun fleuri, un peu boisé, subtilement épicé avec un soupçon d’amertume.
• Le thé noir d’Assam : parfum corsé et épicé avec un arrière-goût boisé. Thé utilisé pour la préparation du Earl Grey.


Des propriétés médicinales


On confère différentes vertus au thé noir. Selon des études scientifiques, le fait de boire du thé noir de façon quotidienne, permettrait de se prémunir de problèmes cardiaques et de maladies coronariennes. Les types de catéchines présents dans le thé noir possèderaient également des bienfaits sur le cholestérol, le diabète mais aussi la diarrhée.



Comment boire son thé noir ?


Tout d’abord, il faut apporter une certaine importance dans le choix de son thé noir. En effet, il vaut mieux privilégier le thé en vrac qu’en sachet. Étant le thé le plus répandu sur le marché, il est assez courant de trouver des thés noirs bas de gamme, avec des mélanges de feuilles déchiquetées, provenant de diverses plantations. Le thé noir issu de la cueillette fine, c’est-à-dire les deux premières feuilles à compter du bourgeon et collectées au petit matin sont les facteurs à réunir pour obtenir un thé noir de qualité supérieure. On note, a contrario, que les thés noirs les plus couramment vendus, à bas coût, proviennent d’une cueillette plus grossière à n’importe quel moment de la journée et mélangeant diverses plantations.


Pour la préparation, utiliser de l’eau de source, sans odeur de préférence, dans un récipient en porcelaine pour ne pas altérer le goût. L’eau ne doit pas excéder 95°C.


Temps d’infusion : de 3 à 7 mn selon les indications du fabricant.
Quantité : : 2,5 Gr pour 15 Cl.